Publications

« La bible de l’art abstrait »

2012/2013

Edition; « Lelivredart »

« Il y a dans les compositions virtuoses et enjouées d’Alexandra Prajer une jubilation absolue des jeux colorés alliée à un plaisir aigu des combinaisons formelles. Inlassable, elle crée des espaces vibratoires où vitalité et fantaisie génèrent une sorte de tumulte chromatique des plus revigorant. Acryliques sur toile, collages sur papier, carton, le geste artistique est à la fois incisif et instinctif. C’est un jeu palpitant avec les textures, les encres et les pigments où sont même convoqués tampons, pochoirs et rouleaux : « La présence d’éléments figuratifs, explicites ou suggérés, est traitée au travers de multiplications et de changements d’échelle », nous dévoile-t-elle. Une oeuvre de tapisserie contemporaine présentée au Musée de la Marine à Paris dans les années 80 donne le coup d’envoi d’une oeuvre résolument personnelle qui puise inspiration dans le paysage urbain, la nature, les voyages. Preuve en est l’exposition qui lui est consacrée en 2010 à l’espace Jacques Brel à Mouscron en Belgique : « L’occasion m’a été donnée de présenter près de 150 tableaux réalisés ces quatre dernières années. » Nous sommes conquis par ces montages surprenants, ces collisions soyeuses et joyeuses. Oui, ça tourbillonne vivement chez Alexandra Prajer. Ainsi notre imagination s’envole à la vue d’un grand et récent format carré au titre évocateur, La vie secrète des libellules : « Une multitude d’échelles et de couleurs dialoguent pour former une atmosphère où le motif de la libellule est une composante fortuite et amusante. » Devant cette création en échos et surprises, on ressent une grande volupté mais aussi une excitation délicieuse comme dans le turbulent Carnaval. Une abstraction symphonique. Harmonique, déployée, partagée. »

Texte; Antoine Campo